Un veston pour trois femmes – Dans l’univers de Roxanne Côté-Gingras de Myriam Busque

Date de publication : 1 avril 2021

Éditeur:es éditions de l’Apothéose

Résumé : Toros récits, trois femmes, mais un seul et unique veston. Chacune d’entre elles possède une histoire tout à fait unique et remplie de rebondissements. Rien ne relié ces trois jeunes femmes. Rien, sauf un veston fuschia qui leur appartiendra tour à tour. Grâce à cette trilogie, vous pourrez suivre les histoires rocambolesques de trois charmantes personnes dont Roxanne, Océanna et pour finir Léticia…

Volet 1 : Dans l’univers de Roxanne Côté-Gingras

Malgré sa vingtaine avancée et ses nombreuses tentatives professionnelles, Roxanne n’a toujours pas trouvé le travail qui la fait totalement vibrer.

elle n’a par contre pas dit son dernier mot!

Cette amoureuse des chats et des amendes enrobées de chocolat compte bien mettre un terme à cette série d’échecs professionnels. À la recherche de l’emploi idéal qui lui fera enfin vaincre le blues du lundi, Roxanne tente d’être embauchée dans le prestigieux studio Pomerleau inc. qui réalise une multitude d’émissions télévisées.

Cette entrevue sera le début d’un ouragan de rebondissements, puisqu’entre les murs du studio, elle trouvera bien plus qu’un possible emploi de rêve…

Entre la joie de faire la connaissance d’un vrai gentleman, la surprise de constater que son ex-flamme est de retour dans le décor, une ex-femme un tantinet jalouse et un patron des plus pessimiste, qu’est-ce qui pourrait mal tourner?

Beaucoup, beaucoup de choses…

Mon avis: Myriam Busque est une nouvelle auteure qui saura faire sa place dans le monde du chick lit. Ayant un style d’écriture bien à elle, son histoire est bien écrite et exploitée, nous mettant dans l’action jusqu’à la dernière page. Que dire de ses personnages qui sont bien développés puisqu’on tombe nous aussi sous le charme de Robin et on se surprend à développer une certaine aversion envers Louis-Vincent… Un bon roman léger, qui se lit dans le temps de le dire et dont vous aurez hâte de découvrir les péripéties des autres femmes qui se retrouveront en possession de ce fameux veston rose…

Le seul hic de ce roman est qu’il contient beaucoup de coquilles, la prof en moi ne pouvait s’empêcher de les repérer et les corriger.

Road trip une virée mère-fille de Mélanie Cousineau

Date de publication : avril 2021

Éditeur: Les éditeurs réunis

Résumé : l’aube de ses vingt-cinq ans, Joalie Saumier a malgré elle développé une expertise bien particulière : elle est championne de l’autosabotage amoureux. Un talent qu’elle n’a clairement pas hérité de ses parents, qui filent le parfait bonheur depuis l’adolescence. Mais les apparences sont parfois trompeuses. Et les images trop lisses dissimulent souvent des imperfections… Durant l’été, alors que son mari accumule les heures supplémentaires, Louane propose à Joalie une petite virée au Saguenay. Le duo mère-fille part donc pour un voyage-éclair, en décapotable, s’installant en outre quelques jours dans une magnifique auberge tenue par une famille chaleureuse. Évidemment, le périple ne se fera pas sans heurts. Et, tandis que les kilomètres se succéderont, les vraies raisons de ce road trip miroiteront au bout du chemin.

Mon avis: J’ai découvert la plume de cette auteur à travers ses romans Voyage désorganisé que j’ai bien appréciés, mais cette-fois ci j’ai eu un véritable coup de coeur! L’histoire est bonne, accrocheuse, on est dans l’action, les questionnements des le début avec les agissements bizarres de Louane. On s’attache vite aux personnages et on envie la belle relation mère-fille que vivent Louane et Joalie. On a bien envie de partir en road trip avec elles et il est difficile de laisser notre livre de côté ne serait-ce que quelques heures, surtout quand on commence à comprendre les agissements de Louane. J’ai été conquise et emballée par l’histoire du début à la fin et je n’ai fait de ce roman qu’une seule bouchée, sans voir la fin arriver. Définitivement le livre de l’été ☀️

Deux cerises sur mon sundae de Claudia Lupien

Date de parution : mars 2021

Éditeur : Andara

Résumé: En tant qu’influenceuse Web particulièrement populaire, Magali reçoit régulièrement des cadeaux. C’est d’ailleurs ce qui lui permet de bien gagner sa vie ! Toutefois, le jour où elle réalise que certains d’entre eux proviennent d’un admirateur secret, elle tente de découvrir qui est cet amoureux anonyme qui se cache derrière d’étranges colis. Plus le temps passe, et plus le mystère s’épaissit. À travers cette quête de vérité, Magali réalisera que l’image qu’elle a bâtie via son réseau social est plus fragile qu’elle le pensait et que sa vie publique et professionnelle ne lui fournit pas l’épanouissement souhaité.

Mon avis : L’auteure nous présente une troisième chick lit fidèle au titre de son roman; comme des cerises, ce roman a des passages croquants, juteux et parfois plus sûrettes qui ne nous empêche toutefois pas de déguster le roman jusqu’à la fin. Magali est attachante et nous fait grandir à travers ses réflexions et ses choix de vie. Un roman doux, léger, que vous apprécierez lire un jour d’été!

Trans identité de Stéphanie Perron

Date de publication : février 2021

Éditeur: Éditions de Mortagne

Résumé :
« Quelle identité de genre vous définit ? »
Cette stupide question ! Celle qui me trotte dans la tête depuis que je l’ai lue dans un formulaire. Je dois me rendre à l’évidence, j’y pense constamment. Elle m’a fait comprendre pourquoi je me suis toujours senti différent. J’ai eu beau les enterrer sous une épaisse couche de déni et d’évitement, mes questionnements ne sont pas disparus.
A sa première journée au cégep, Mickaël revoit Chihiro, une connaissance avec qui il se lie rapidement d’amitié. Quand il l’accompagne à une soirée de l’association LGBTQ# qu’elle fréquente, sa vie bascule. Car derrière la façade parfaite qu’il s’est créée se cache une haine de lui-même et de son corps. Chaque fois qu’il regarde son reflet dans le miroir, il ressent un mal-être plus grand. Un mal-être qui le détruit à petit feu.
Un mal-être qu’il ne peut plus garder pour lui.

Mon avis : Un autre roman de la collection Tabou qui vous touchera droit au coeur avec son histoire profonde et ses personnages marquants. Trans identité aborde avec humanité le sujet transgenre chez les adolescents. Vous accompagnerez, tout au long de votre lecture, Mickaël Leclerc, dans son processus d’affirmation et d’acceptation de soi qui lui permettront de poursuivre sa transition. Même si je m’attendais à vivre plus d’actions autour de la transformation en tant que telle, j’ai été charmée par l’histoire.

Sous le charme de ses yeux trop bleus de Martine Labonté-Chartrand

Date de publication : mars 2021

Éditeur : Les éditeurs réunis

Résumé : Chloé Sainte-Marthe n’est pas le genre de femme à faire des folies… encore moins pour un homme ! Déjà en proie aux caprices de sa patronne, la jeune professionnelle, efficace et organisée, évite généralement d’attirer l’attention. Comment donc en arrive-t-elle, du jour au lendemain, à adopter des comportements complètement irrationnels ? Un vendredi comme les autres, Chloé se réveille avec une chanson des années 1980 en tête, sans aucun souvenir de la veille, mais animée par de nouvelles impulsions difficilement justifiables. Quand la simple mention du mot « café » la pousse spontanément à imiter le coq et que la vue d’un illustre inconnu provoque en elle un besoin irrépressible de fuir, une sérieuse remise en question s’impose. Pour cette perfectionniste, qui déteste perdre le contrôle, il s’avère impératif d’éclaircir la situation. Entre les conseils de son impétueuse amie Suzie et les muscles saillants du très protecteur Jean-Sébastien, la belle amnésique explorera toutes sortes de pistes afin de rompre le charme sous lequel des yeux trop bleus l’auraient fait tomber…

Mon avis : À la question : as-tu aimé ce livre? Je ne saurais quoi répondre. Je ne l’ai pas détesté, mais il ne se retrouve pas non plus dans ma liste des préférés. Y’a de ces romans légers, qui se lisent bien, mais qui ne nous accroche pas particulièrement pour différentes raisons et celui-ci en fait partie. Même si j’ai ri à plusieurs reprises durant ma lecture, je trouve que l’hypnose prend trop de place et qu’il manquait un p’tit croquant à l’histoire dont j’ai vite deviné la fin. J’ai détesté la patronne autant que Chloé et Suzie, et je me méfiais moi aussi des gros bras de Jean-Sébastien, signe que les personnages sont bien campés.

Sextos de Ariane Charland

Date de publication : février 2021

Éditeur : Éditions de Mortagne

Résumé : Anthony Lavoie, le beau skater avec qui je texte en secret (il a une blonde, mais ce n’est qu’une question de temps avant qu’il l’a laissé), m’a envoyé une photo de lui…torse nu!

Il est trop parfait! Je ne peux pas croire qu’il s’intéresse à une fille comme moi. S’attend-il au même genre d’image de ma part (même s’il dit que non)? Si je ne lui rends pas la pareille, me trouvera-t-il plate? Pas assez game? J’aimerais tant le faire rêver comme il me fait rêver.

Je n’ai qu’à m’organiser pour qu’on ne me reconnaisse pas. Après tout, il va la garder pour lui, j’ai confiance! Même s’il s’arrange toujours pour éviter mon regard, à l’école…

Mon avis : Sextos est un roman choc, percutant et déstabilisant, du début à la fin. L’action commence dès le début, on veut vite savoir si Anthony tiendra sa promesse, ce qui fait qu’il est difficile de laisser notre livre de côté. Les personnages sont vrais et attachants, on ressent leurs émotions et ce n’est pas sans surprise qu’on partage leurs peines, leurs inquiétudes, leurs frustrations et qu’on termine le livre les yeux dans l’eau. Derrière l’histoire, il y a aussi une sensibilisation au sexting qui est faite de façon subtile, mais claire. On se rappelle que les romans de la collection Tabou s’adressent d’abord et avant tout aux jeunes ados en leur proposant des romans contenant des histoires qui touchent et questionnent ces futurs adultes. Sextos est sans aucun doute un roman à lire et à partager avec vos ados qui seront, j’en suis certaine, charmés par l’écriture de l’auteure.

Toujours là pour toi de Amélie Croussette

Date de publication : mars 2021

Éditeur : Les éditeurs réunis

Résumé : Elles sont cinq femmes dans la mi-vingtaine: Lily, la bohème écolo; Ariane, l’artiste philosophe; Kim, la perfectionniste pince-sans-rire; Florence, l’ambitieuse passionnée et Anne-Sophie, l’idealiste rassembleuse. Inséparables depuis l’enfance, elles forment un cercle d’amies pour le moins éclectique, mais vibrant d’authenticité.

Au fil des saisons, les filles affronteront des vagues de défis, petits et grands. Tandis que Lily ratissera le bassin des célibataires a la recherche de la perle rare, Ariane réalisera que les eaux dans lesquelles elle baigne manquent cruellement d’éclat. Kim se retrouvera quant à elle prisonnière d’une relation houleuse pendant que Florence sombrera sous le poids de ses nombreuses responsabilités et qu’Anne-Sophie sera frappée de plein fouet par une terrible nouvelle.

Entre les aleas du quotidien, les rêves inassouvis et les amours chaotiques, les copines devront se livrer à une certaine introspection… S’épuiseront-elles à force de ramer contre vents et marées? La tendre complicité qui les lie leur permettra-t-elle de s’élever devant l’adversité?

Mon avis : Quand j’ai vu la couverture du livre et le titre, j’ai tout de suite été interpellé parce que ça me faisait à moi et mes 4 bonnes amies. Puis, quand j’ai su que l’auteure est décédée du cancer en janvier dernier et que la publication de son premier roman faisait partie de sa liste de souhaits, j’ai accouru pour l’acheter. Par contre, bien que je n’aime pas faire ce genre de critique, je n’ai pas apprécié ma lecture 😕 Au début, je me demandais où ça menait, mais je me disais qu’elle prenait le temps de mettre la table, de présenter les personnages pour finalement me rendre compte que le sujet du roman qui est bâti sur quatre saisons, c’est l’évolution et les aléas de la vie de ces 5 femmes complètement différentes mais qui ont un point commun: leur amitié sincère et profonde qui perdure avec le temps et les tracas de la vie.

Je trouve que l’idée de l’amitié est bonne, mais les idées n’ont pas été assez exploitées, approfondies. J’imagine que le fait qu’elle était malade durant l’écriture explique peut-être ce manque de fond et qu’elle voulait aussi transmettre son combat contre la maladie. J’ai lu le roman en entier par empathie et parce que je voulais connaître la fin, mais je suis restée sur mon appétit, malheureusement.

L’urgence de vivre Ma vie avec l’Alzheimer précoce de Sandra Demontigny

Date de publication : mai 2020

Éditeur : Les éditions La Presse

Résumé : À 39 ans, Sandra Demontigny apprend qu’elle est atteinte d’une forme rare, précoce et héréditaire de la maladie d’Alzheimer, qui a emporté son père à 53 ans ainsi que plusieurs membres de sa famille. Ses trois enfants ont chacun 50% de risque d’être porteurs du gène.

Comment vit-on avec cette épée de Damoclès en permanence au-dessus de la tête?

Dans l’urgence de vivre, la jeune femme partage avec nous sa vie au jour le jour, ses pensées et ses idées, ses humeurs et son humour, ses souvenirs et ses espérances, sa révolte et son enthousiasme. Son combat au quotidien, là où aucune victoire n’est petite.

Sage-femme pendant 16 années, elle n’a accueilli des centaines de vies dans ce monde. Aujourd’hui, elle milite pour l’accès à l’aide médicale à mourir anticipée et profite de chaque instant avec l’énergie de l’espoir.

Son récit poignant et infiniment vivant est celui d’une femme dont le courage et la résilience sont aussi admirables qu’inspirants.

Mon avis : Je n’aime pas écrire ce genre de critiques et heureusement ça ne m’arrive pas souvent, mais je n’ai pas aimé ma lecture. Je croyais que j’allais lire des défis et des moments plutôt cocasses causés par la maladie, mais on y retrouve plutôt un portrait de sa vie et de ses batailles à venir. Même si la maladie est sournoise et que certains passages étaient plus intéressants, l’auteure n’a pas su venir me chercher même si j’éprouve une grande admiration pour son courage.

Veuve de chasse Sandrine de Annie Lambert

Date de parution : mars 2021

Éditeur : Éditions de Mortagne

Résumé : Je suis une mère de mon époque : à boutte, mais qui ne laisse rien paraître. La plupart du temps.

Mon mari, propriétaire d’une clinique vétérinaire, est aussi présent qu’un courant d’air. Pendant que je torche la maison et nos quatre enfants, il câline des chatons. Si seulement l’Univers pouvait lui envoyer un duo gastro de chien ET glandes anales à vider, il comprendrait mon quotidien!

Je pensais avoir eu l’idée du siècle en lui proposant des vacances, mais je me suis tiré dans le pied. Disons que nous n’avions pas la même destination en tête…il part à la chasse! Je ne peux pas croire que les fesses d’un orignal sont plus attirantes que les miennes!!!

Il est temps que je me remonte les seins et que je lui prouve que moi aussi, j’ai du panache. La nature sauvage, l’absence de réseau et les grosses bêtes ne m’empêcheront pas de ramener mon mâle à la maison!

Mon avis : Ce qui est étonnant avec la série veuve de chasse, c’est qu’on retrouve le même style d’écriture, les mêmes personnages et la même ambiance malgré que ce soit trois auteures différentes. Annie Lambert a livré la marchandise autant que Geneviève Cloutier et Marie-Millie Dessureault en nous présentant un roman drôle, pleins de rebondissements et contenant des moments de réflexion qui viennent chercher nos émotions. Dans ce tome, on découvre Sandrine, une maman et enseignante un peu coincée qui s’est oubliée avec le temps pour les besoins de sa famille. En faisant le pacte avec Laurence et Julia de faire des changements dans sa vie, on l’accompagne dans sa quête qui ne sera pas de tout repos et qui vous tiendra en haleine jusqu’à la fin qui est surprenante. Un roman bonbon que vous allez lire rapidement et adorer autant que les autres 😉

Kukum de Michel Jean

Résumé : Ce roman raconte l’histoire d’Almanda Siméon, une orpheline amoureuse qui va partager la vie des Innus de Pekuakami. Elle apprendra l’existence nomade et la langue, et brisera les barrières imposées aux femmes autochtones.

Relaté sur un ton intimiste, le parcours de cette femme exprimé l’attachement aux valeurs ancestrales des Innus et le besoin de liberté qu’eprouvent les peuples nomades, encore aujourd’hui.

Mon avis: Ce roman m’intriguait et m’interpellait sans trop savoir pourquoi. Je n’ai e été une fan de l’histoire même si je sais qu’il est important de connaître nos souches, ce qui nous a précédé. Par contre, depuis quelques années, je suis particulièrement interpellé par les communautés autochtones et leur histoire et Kukum est le roman idéal pour ca. J’ai adoré! C’est doux et ça nous fait voyager dans le temps, découvrir les mœurs et coutumes de nos ancêtres et prendre conscience que cette terre que nous partageons avec eux n’a pas la même signification, la même importance pour eux et pour nous. Kukum c’est un beau voyage littéraire et historique à découvrir!